Roberto Alagna : le ténor franco-italien

Que ça soit en France ou dans le monde, l’industrie de la musique s’enlise dans le conformisme en mettant en avant des produits commerciaux destinés à satisfaire les foules. Tout comme d’autres disciplines artistiques, la musique est sous la domination des boites de production dont le seul objectif est de toucher un jackpot sonnant et trébuchant.

Heureusement, quelques artistes s’affranchissent des lois du marché, se distinguent de la masse et conservent leur authenticité coûte que coûte. C’est le cas de Roberto Alagna, un ténor franco-italien dont la carrière l’a conduit à chanter dans les plus grandes scènes du monde. Si vous ne connaissez pas Roberto Alagna, nous vous invitons à lire le présent article.

Un enfant qui aimait chanter

Roberto Alagna est né le 7 juin 1963 à Clichy-sous-bois de parents siciliens immigrés en France. Le jeune Roberto a commencé à chanter alors qu’il venait à peine d’apprendre à marcher. L’enfant chantait de manière tout à fait naturel et spontané en reproduisant ce qu’il entendait à la télé et à la radio. De la variété française en passant par les chants siciliens traditionnels, Roberto Alagna s’est vite découvert une véritable passion pour la musique et le chant.

Devenu adolescent, le jeune chanteur prometteur fait la rencontre d’un propriétaire de restaurant italien qui lui trouve beaucoup de potentiel. Le propriétaire de restaurant lui offre des cours de chant et le présent à des musiciens confirmés, dont un contrebassiste et chanteur cubain. Ce dernier va prendre Roberto sous son aile et lui fait découvrir l’univers du chant lyrique tout en lui inculquant les premiers rudiments du chant classique.

Un jeune adulte bohême

Devenu jeune adulte, les capacités vocales de Roberto Alagna ne laissaient personne indifférent, si bien que les cabarets parisiens se l’arrachaient dans les années 80. Le jeune ténor va alors faire de la musique son métier et enregistre son tout premier 45 tours en 1985, chez la fameuse édition Eddie Barclay. Le succès est au rendez-vous mais Roberto Alagna ne se repose pas sur ses acquis.

En 1988, Roberto Alagna remporte le fameux concours Pavarroti et obtient son tout premier rôle important en tant que ténor dans la Traviata de Verdi. C’est la consécration pour le ténor franco-italien qui va enchaîner les contrats et les projets à succès. Effectivement, son talent et son travail le conduisent à fouler les plus grandes scènes lyriques du monde.

Principales œuvres de Roberto Alagna

Le timbre clair, puissant, authentique et maîtrisé de Roberto Alagna le rend parfaitement apte à satisfaire les exigences des rôles de certaines grandes œuvres d’opéra. L’artiste a notamment tenu le rôle de Roméo dans Roméo et Juliette de Gonoud, ainsi que le duc de Mantoue dans Rigoletto de Verdi. En France, il est connu pour avoir joué Edgard dans l’adaptation française de Lucie Lammermoor de Donizeti.

Mais pas seulement. Roberto Alagna a également chanté dans le Te Deum de Berlioz et d’autres œuvres destinées à un grand public. Le ténor franco-italien est aussi créateur à sa manière puisqu’il a co-écrit avec son frère le livret d’un opéra inspiré des Derniers jours d’un condamné de Victor Hugo.