Roberto Alagna dans le Don Carlo à Paris

Roberto Alagna est un ténor au faîte de son art après une carrière prolifique de 30 ans. Le ténor franco-italien peut se targuer d’avoir foulé les plus grandes scènes du monde et d’avoir chanté avec les meilleurs ténors de l’histoire. Le chanteur a par ailleurs publié un album contenant ses reprises de chants classiques chantés par Carlos et un coffret de 5 disques contenant ses 100 plus grands airs d’Opéra.

Mais Roberto Alagna n’est pas qu’un chanteur à la voix puissante et maitrisée, il s’agit aussi d’un acteur formé selon les techniques du jeu scénique. Dans le présent article, nous vous parlons justement de Roberto Alagna dans la peau de Don Carlo, joué à Paris en 2017.

Don Carlo de Giuseppe Verdi à l’Opéra de Paris

Giuseppe Verdi est certainement le compositeur italien dont les opéras sont le plus joués dans le monde, plusieurs siècles après leur création. Que ça soit sa Traviata ou son Rigoleto, les œuvres du compositeurs italiens sont appréciés pour leur humour cinglant, leur maîtrise technique et surtout leur impressionnante modernité. En effet, si ces opéras continuent d’être joués partout dans le monde, c’est pour la simple raison que les thèmes qui y sont abordés sont toujours d’actualité. C’est notamment le cas de l’opéra « Don Carlos » joué à Paris en 2017.

Un casting de haute volée

Le ténor Roberto Alagna a été choisi pour interpréter le rôle à l’occasion, à l’Opéra de Paris. Pour rappel, Don Carlos se compose de cinq actes et d’un ballet. Toutefois, la commande de l’Opéra de Paris contient 4 actes auxquels a été ajouté un cinquième acte inspiré de la version parisienne entièrement traduite en italien.

À l’occasion, l’Opéra de Paris a sollicité la participation de grands noms du chant scénique, comme Roberto Alagna mais pas seulement. Dans la distribution des rôles, on retrouve aussi Anita Rachvelishvili dans le rôle de la princesse au tempérament de feu dont la maîtrise technique a impressionné la salle archi-comble de l’Opéra de Paris. La mezzo-soprano s’est approprié son rôle en se jouant parfaitement des sonorités à la fois graves et aigues qu’exige son personnage.

Une soirée manquée pour Roberto Alagna

De son côté, Roberto Alagna n’a pas manqué de répondre aux attentes en effectuant une rentrée remarquable avec sa voix solide, tonique, authentique et parfaitement maîtrisée. L’émotion fût à son comble lorsque Roberto Alagna a entamé son duo avec la princesse d’Eboli. Toutefois, lors de son intervention au côté avec Posa, une toux gênante témoignant de son état de santé affaibli. Le ténor franco-italien est alors contraint de quitter la scène après le premier acte et cède son rôle à sa doublure Sergio Escobar.

Ce dernier, quoi que considéré comme un des meilleurs ténors vivants actuellement, n’a pas réussi à maîtriser son émotion devant le public impressionnant de l’Opéra de Paris. En effet, lors du troisième acte notamment, le chanteur arrivait à peine à prononcer un son. Heureusement pour lui, Sergio Escobar s’est honorablement rattrapé par la suite en offrant une prestation de qualité supérieure. Giuseppe Verdi doit encore en sourire dans sa tombe…